Bonjour à touteszétous,

Nous avons aujourd’hui récupéré et trié quatre-cent-quatre-vingt-dix-neuf blouses. La grande majorité était nickel mais nous avons quand même dû mettre en retouche cent-vingt-trois d’entre elles (soit 25%), ce qui est un gros travail vous vous en doutez.

Encore une fois, nous ne sommes pas – pour la majorité d’entre nous – des couturières professionnelles mais ces blouses vont être portées et reportées, lavées et relavées. 

Alors voici les points sur lesquels nous attirons spécialement votre attention et que nous vous demandons de transmettre aux personnes de votre équipe :

– Sur le devant de l’encolure, bien consolider le creux en pointe en faisant deux-trois aller-retours horizontaux OU en renforçant cette zone avec une petite pièce de tissu – un seul point droit ne suffit pas, ni un autre point trop relâché.

– Assurer la solidité des coutures au niveau des épaules en recousant avec un zigzag serré TOUTE l’encolure, en partant du dos droit jusqu’au dos gauche. 

– Si l’élastique coupé par Décathlon fait moins de 20 cm/par manche – nous espérons qu’ils auront rectifié cela pour les prochains kits -, faites les fonds de tiroir (c’est l’occasion de faire du rangement peut-être ;-)). Et prévenez-nous si vous n’en trouvez pas.

– Si vous ne pouvez pas faire un point zigzag serré et si vous n’avez pas de sur-jeteuse, mieux vaut faire un ourlet sur les dos et en bas de la blouse – Sinon cela s’effiloche rapidement et la finition n’est pas propre.

– Vérifier bien l’emplacement des liens.

– Ces liens doivent être relativement fins – c’est à dire environ 5-8 mm pour être noués facilement avec des gants. Ils doivent aussi être solides, donc avec une bande de tissu au moins pliée en deux, voire en quatre. S’il n’y a pas assez de bande de tissu dans le kit, vous pouvez utiliser des rubans (en coton ou en tout cas lavables à 60°C) ou du jersey en coupant des bandes dans un tee-shirt (encore un peu de tri dans les placards peut-être !).

Vous nous seriez d’un grand secours si vous pouviez respecter ces points sur les blouses que vous faites/ferez.

Vous pouvez aussi aller revoir le guide des bonnes pratiques concocté par notre équipe !

Merci merci !

Il serait plus juste de les nommer sur-blouses. Les équipes soignantes (infirmières, médecins, aides-soignants, …) les portent par-dessus leur tenue hospitalière habituelle. Elles servent non seulement à les protéger lorsqu’ils sont en contact avec les patients atteints du virus, mais aussi à ne pas transmettre celui-ci d’une chambre à l’autre.

Les soignants vont en général en binôme voir les patients. La blouse est ouverte et se noue sur l’arrière, à l’image des tabliers de chirurgien que l’on a tous vus dans de vieux films. Cela afin que le devant de la blouse soit le plus lisse possible et que les mains ne soient pas en contact avec cette surface. 

Elle est accrochée à l’endroit sur une patère du sas séparant le couloir de la chambre, de manière à ce que l’un des soignants l’enfile par les bras. Le deuxième noue alors les liens derrière la nuque et à la taille. Puis ils inversent les rôles.

Lorsqu’ils quittent la chambre, ils procèdent à l’inverse.

Un petit chiffre pour illustrer l’importance de notre engagement collectif : 

En ce moment, le nombre de blouses utilisées par jour est 6 fois plus important qu’en temps normal.