Il serait plus juste de les nommer sur-blouses. Les équipes soignantes (infirmières, médecins, aides-soignants, …) les portent par-dessus leur tenue hospitalière habituelle. Elles servent non seulement à les protéger lorsqu’ils sont en contact avec les patients atteints du virus, mais aussi à ne pas transmettre celui-ci d’une chambre à l’autre.

Les soignants vont en général en binôme voir les patients. La blouse est ouverte et se noue sur l’arrière, à l’image des tabliers de chirurgien que l’on a tous vus dans de vieux films. Cela afin que le devant de la blouse soit le plus lisse possible et que les mains ne soient pas en contact avec cette surface. 

Elle est accrochée à l’endroit sur une patère du sas séparant le couloir de la chambre, de manière à ce que l’un des soignants l’enfile par les bras. Le deuxième noue alors les liens derrière la nuque et à la taille. Puis ils inversent les rôles.

Lorsqu’ils quittent la chambre, ils procèdent à l’inverse.

Un petit chiffre pour illustrer l’importance de notre engagement collectif : 

En ce moment, le nombre de blouses utilisées par jour est 6 fois plus important qu’en temps normal.